source: cpc/trunk/project/batch/loi/html/http-__www.assemblee-nationale.fr_13_propositions_pion1991.asp @ 1031

Last change on this file since 1031 was 1031, checked in by roux, 11 years ago

vire les : pour svn sous windows

File size: 30.2 KB
Line 
1<html>
2<head>
3<meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=iso-8859-1">
4<META NAME="GENERATOR" CONTENT="Transit Central SDK 7.0, a product of Stellent, Inc. www.stellent.com">
5<meta name="TransitPubID" content="2"><style type="text/css">
6<!--
7        .EmailSystem-1
8        {
9                text-align: left
10        }
11-->
12</style>
13<LINK rel="stylesheet" href="../../commun/style1.css" type="text/css">
14<script language="Javascript" src="../../commun/fonctions.js"></script>
15
16<title>N°&nbsp;1991 - Proposition de loi de Mme Martine Billard instaurant une planification écologique</title>
17
18<meta name="TITRE" content="instaurant une planification écologique">
19
20<meta name="ORIGINE_DOCUMENT" content="Assemblée nationale">
21
22<meta name="LEGISLATURE_SESSION" content="13ème législature">
23
24<meta name="TYPE_DOCUMENT" content="Proposition de loi">
25
26<meta name="INTITULE_CLASSE_ESPECE" content="proposition de loi">
27
28<meta name="TEXTE_ADOPTE" content="N">
29
30<meta name="TITRE_DOSSIER" content="Environnement : instaurer une planification écologique">
31
32<meta name="NUMERO_DOCUMENT" content="1991">
33
34<meta name="DOCUMENT_DISTRIBUE" content="O">
35
36<meta name="DATE_DEPOT" content="21/10/2009">
37
38<meta name="DATE_PUBLICATION" content="27/10/2009">
39
40<meta name="URL_DOSSIER" content="/13/dossiers/planification_ecologique.asp">
41
42<meta name="PROJET_LOI_FINANCE" content="N">
43
44<meta name="AUTEUR" content="Mme Martine Billard  Auteur,M. Jean-Paul Lecoq  Cosignataire,Mme Marie-Hélène Amiable  Cosignataire,M. François Asensi  Cosignataire,M. Alain Bocquet  Cosignataire,M. Patrick Braouezec  Cosignataire,M. Jean-Pierre Brard  Cosignataire,Mme Marie-George Buffet  Cosignataire,M. Jean-Jacques Candelier  Cosignataire,M. Jacques Desallangre  Cosignataire,M. Marc Dolez  Cosignataire,Mme Jacqueline Fraysse  Cosignataire,M. André Gerin  Cosignataire,M. Pierre Gosnat  Cosignataire,M. Maxime Gremetz  Cosignataire,M. Roland Muzeau  Cosignataire,M. Daniel Paul  Cosignataire,M. Jean-Claude Sandrier  Cosignataire,M. Michel Vaxès  Cosignataire,M. André Chassaigne  Cosignataire">
45
46<meta name="AUTEUR_ID" content="ID_267950">
47
48<meta name="COSIGNATAIRE_ID" content="ID_335612;ID_336898;ID_295;ID_551;ID_653;ID_654;ID_689;ID_267492;ID_1094;ID_1141;ID_1364;ID_1463;ID_337248;ID_1548;ID_211169;ID_2339;ID_2671;ID_2884;ID_267306">
49
50<meta name="AUTEUR_AFFICHAGE" content="Mme Martine Billard ">
51
52<meta name="URL_AUTEUR" content="/13/tribun/fiches_id/267950.asp">
53
54<meta name="ACTEUR_RAPPORTEUR" content="N">
55
56<meta name="REFERENCE_BOUTIQUE" content="13-1991">
57
58</head>
59<body><a name="TopOfPage"> </a>
60<!-- TRANSIT - INFOBEFORE -->
61<!-- DEBUT DU SCRIPT -->
62<SCRIPT LANGUAGE="JavaScript">
63
64if (window!= top)
65top.location.href=location.href
66       
67</SCRIPT>
68
69
70
71   <table width="100%" border="0" cellspacing="0" cellpadding="0" align="center" height="40">
72          <tr>
73            <td height="40"   width="267" bgcolor="#003466"><a href="/index.asp"><img src="/commun/images/bandeau-t.jpg" width="250" height="40" border="0" alt="Logo du site de l'Assemblée nationale"></a></td>
74            <td height="40" colspan="2" bgcolor="#003466" width="514">
75              <div align="center"><a href="/recherche/recherche.asp"><font color="#FFFFFF" face="Arial" size="2"><b>Recherche
76                </b></font></a> <b><font color="#FFFFFF" face="Arial" size="2">
77                |</font> <a href="/aide.asp"><font color="#FFFFFF" face="Arial" size="2">Aide</font></a>
78                <font color="#FFFFFF" face="Arial" size="2">| </font> <a href="/plan.asp"><font color="#FFFFFF" face="Arial" size="2">Plan
79                du site</font></a></b>
80
81 </div>
82           </td>
83        </tr>
84     </table>
85
86<div id="idbandeau">
87</div><a class="menu"  href="/index.asp">Accueil</a> &gt;
88<a class="menu" href="/documents/index.asp">Documents parlementaires</a> &gt; <a class="menu" href="/13/documents/index-proposition.asp"> Propositions de loi</a>
89
90<div style="color:white; text-align:justify; position:absolute; z-index:2; visibility: visible; width: 140px; height: 100px; overflow: visible; right: 70px; top: 70px; color: navy; padding: 5px; border-style: solid; border-color: #eb9f53; border-width: 1px; background-color:white"> 
91 <div align="center" style="text-align:justify; color:#d7b061";>
92  <strong>La version en format HTML, à la différence de celle en PDF, ne comprend pas la numérotation des alinéas.</strong>
93 </div>
94</div>
95
96
97<div style="margin-left: 2%; margin-right: 2%; margin-top: 2%; ">
98
99
100<A href="http://www.assemblee-nationale.fr/be/Panier/AjoutPanier.asp?ref=13-1991" onMouseOut="MM_swapImgRestore()" onMouseOver="MM_swapImage('btn_commander','','/images/bouton-commander_f2.gif',1)">
101<img src='/images/bouton-commander.gif' alt="Commander ce document en ligne - votre navigateur doit autoriser les fenêtres 'popup'" name='btn_commander'  border='0' id='btn_commander'>
102</a>
103<br>
104
105
106<A href="/13/pdf/propositions/pion1991.pdf" onMouseOut="MM_swapImgRestore()" onMouseOver="MM_swapImage('btn_pdf','','/images/bouton-pdf_f2.gif',1)"><img src="/images/bouton-pdf.gif" alt="Version PDF" name="btn_pdf"  border="0" id="btn_pdf"></a>
107<br>
108<a href="/13/dossiers/planification_ecologique.asp"
109 onMouseOut="MM_swapImgRestore()" onMouseOver="MM_swapImage('btn_dossier','','/images/bouton-dossier_f2.gif',1)">
110<img src="/images/bouton-dossier.gif" alt="Retour vers le dossier législatif" name="btn_dossier"  border="0" id="btn_dossier"></a>
111<br>
112
113<tr><td><a href='http://recherche.assemblee-nationale.fr/amendements/resultats2.asp?NUM_INIT=1991&LEGISLATURE=13' onMouseOut='MM_swapImgRestore()' onMouseOver='MM_changeImageAmendement()'><img src='/images/bouton-amendements.gif' alt='Amendements  sur le projet ou la proposition' name='btn_amendement' border='0' id='btn_amendement'></a>
114
115
116<div style="margin-left: 14pt"><p style="text-align: center"></p>
117
118<p style="text-align: center">N°&nbsp;1991</p>
119
120<p style="text-align: center"><b>_____</b></p>
121
122<p style="text-align: center"><span style="font-family: 'Arial'; font-size: 10pt">ASSEMBLÉE  NATIONALE</span></p>
123
124<p style="text-align: center">CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958</p>
125
126<p style="text-align: center">TREIZIÈME LÉGISLATURE</p>
127
128<p style="text-align: center">Enregistré à la Présidence de l&#8217;Assemblée nationale le 21 octobre 2009.</p>
129
130<p style="text-align: center"><b>PROPOSITION DE LOI</b></p>
131
132<p style="text-align: center"><i>instaurant une </i><b>planification écologique</b>,</p>
133
134</div><p style="text-align: center">(Renvoyée à la commission du développement durable et de l&#8217;aménagement du territoire, à défaut<br>
135de constitution d&#8217;une commission spéciale dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.)</p>
136
137<div style="margin-left: 14pt"><p style="text-align: center">présentée par Mesdames et Messieurs</p>
138
139<p style="text-align: justify">Martine BILLARD, Jean-Paul LECOQ, Marie-Hélène AMIABLE, François ASENSI, Alain BOCQUET, Patrick BRAOUEZEC, Jean-Pierre BRARD, Marie-George BUFFET, Jean-Jacques CANDELIER, Jacques DESALLANGRE, Marc DOLEZ, Jacqueline FRAYSSE, André GERIN, Pierre GOSNAT, Maxime GREMETZ, Roland MUZEAU, Daniel PAUL, Jean-Claude SANDRIER et Michel VAXÈS,</p>
140
141<p style="text-align: center">députés.</p>
142
143<p style="text-align: center"><br>
144EXPOSÉ DES MOTIFS</p>
145
146<p style="text-align: justify">Mesdames, Messieurs,</p>
147
148<p style="text-align: justify">L&#8217;humanité est entrée en état d&#8217;urgence écologique. Le réchauffement climatique dû aux trop nombreuses émissions de gaz à effets de serre liées aux activités humaines met en danger la vie sur terre. Les premiers responsables de cette situation sont de très loin les pays occidentaux. Il leur revient de prendre leurs responsabilités et de montrer l&#8217;exemple. </p>
149
150<p style="text-align: justify">En France, notre système économique et notre mode de vie consomment l&#8217;équivalent de trois planètes ! Si tous les habitants du monde vivaient comme nous, ce serait physiquement et matériellement impossible. </p>
151
152<p style="text-align: justify">Face à cette situation, le Président Nicolas Sarkozy et son gouvernement accumulent les non-sens écologiques&nbsp;: libéralisation de l&#8217;énergie et du rail, fermetures ou privatisations des services publics de proximité (postes, hôpitaux, etc.), ouvertures des commerces le dimanche augmentant ainsi les déplacements, plan de relance favorable aux autoroutes et au transport aérien.</p>
153
154<p style="text-align: justify">La bataille contre l&#8217;effet de serre ne peut se réduire à la somme des modifications de comportements individuels. Elle ne pourra être remportée sans assumer des ruptures avec le productivisme. Elle met à l&#8217;ordre du jour un véritable changement de modèle de société et le retour à l&#8217;action des pouvoirs publics, au service de l&#8217;intérêt général. Aussi la fiscalité ne peut être la seule réponse politique à l&#8217;urgence écologique. Au laisser-faire libéral, comme au mythe du marché régulé, il faut opposer la volonté politique. Les seules mesures incitatives ou correctives avancées par le gouvernement ne suffiront pas pour stopper à temps la marche du capitalisme au désastre écologique. </p>
155
156<p style="text-align: center">***</p>
157
158<p style="text-align: justify">Pour promouvoir un modèle de progrès humain qui soit à la fois structurellement respectueux des écosystèmes et émancipateur pour les personnes, c&#8217;est-à-dire assurant à chacun la satisfaction de ses besoins et une prise réelle sur sa vie, ainsi que pour réduire l&#8217;empreinte écologique de nos activités, nous proposons l&#8217;outil de la planification écologique. Le Plan écologique (<b>article&nbsp;1<sup>er</sup></b>) donnera la possibilité d&#8217;organiser la bifurcation vers un autre mode de développement, en interrogeant nos besoins et en réorientant production, échange et consommation en vertu de leur utilité sociale et écologique. Il sera organisé, non comme une planification autoritaire, mais comme un outil public permettant d&#8217;orchestrer la phase de transition, de manière démocratique, et de le décliner à tous les niveaux pertinents tout en respectant l&#8217;autonomie des acteurs. Il ne s&#8217;agit certes pas pour nous de chercher à ressusciter de ses cendres le défunt Gosplan soviétique&nbsp;! Le processus de planification tel que nous le concevons sera donc démocratique car de telles ruptures seront impossibles sans une large implication populaire. </p>
159
160<p style="text-align: justify">Il faudra donc vouloir, définir et organiser le processus de transition qui nous y mènera, par une analyse critique de nos besoins et de l&#8217;utilité sociale de la production, la réorientation de notre système productif aujourd&#8217;hui guidé par le seul souci du profit à court terme, et une redéfinition profonde de notre modèle économique qui ne soit plus dominé par une rentabilité financière à court terme et la prédation de notre environnement mais qui prenne en compte des objectifs clairs en termes de réduction de la consommation énergétique et de contrôle de l&#8217;utilisation des ressources disponibles sur Terre. Cela nécessite que soient définis, puis mis en <span style="font-family: 'Arial'; font-size: 10pt">&#339;</span>uvre, des choix collectifs, que ces choix soient débattus démocratiquement et qu&#8217;ils organisent pour la longue durée les objectifs comme les moyens qui seront nécessaires. L&#8217;indispensable réorientation drastique des choix de politique énergétique, d&#8217;aménagement du territoire ou de transport, suppose une action qui soit à la fois coordonnée, volontariste et inscrite dans le long terme. Ce temps long n&#8217;est pas celui du marché mais celui de l&#8217;action publique. Pour répondre à la crise écologique dans un cadre de justice sociale, une sortie du capitalisme est indispensable.</p>
161
162<p style="text-align: justify">Pour organiser la planification écologique, il faudra au préalable identifier les biens communs et les services publics qui constituent les droits fondamentaux, et en organiser la production et la gestion publique. Trouver le niveau pertinent d&#8217;articulation entre le central et le local, explorer les voies de la socialisation et de la réappropriation citoyenne. Enfin, parce qu&#8217;il s&#8217;agit de rétablir des équilibres naturels fondamentaux qui ont été profondément déstabilisés, comme de transformer des structures économiques, sociales, ou culturelles héritées du passé, les objectifs devront être définis pour le long terme, tout en engageant des moyens immédiats pour les premières ruptures. Ce contenu sera défini dans le Plan écologique de la Nation (<b>article&nbsp;2</b>).</p>
163
164<p style="text-align: justify">Ce Plan écologique permettra d&#8217;éclairer l&#8217;avenir à long terme par une réflexion prospective. C&#8217;est à cet horizon que seront définis les objectifs. Parce qu&#8217;ils engagent profondément l&#8217;avenir et conduiront à modifier durablement les conditions de prise en compte de l&#8217;intérêt général, ils devront être validés par la sanction démocratique. Une première étape s&#8217;appuiera sur la démocratie participative et l&#8217;organisation de débats publics sur le progrès humain que nous voulons.</p>
165
166<p style="text-align: justify">L&#8217;ensemble des forces du pays, partis politiques, organisations syndicales et professionnelles, associations, organisations non gouvernementales, citoyens aura à s&#8217;y exprimer et trouvera à faire valoir ses arguments. Reprenant la tradition de la «&nbsp;planification à la française&nbsp;», ce processus sera concerté à chacune de ses étapes. Sous le contrôle du Parlement, ces débats publics doivent permettre de dépasser les contradictions actuelles entre les intérêts économiques, sociaux et environnementaux pour définir ce qui est l&#8217;intérêt général. Ils doivent également permettre de questionner notre mode de développement actuel et d&#8217;organiser la bataille culturelle contre le modèle de la consommation prédatrice en construisant un modèle fondé sur la redéfinition de nos besoins. Enfin, ils permettront de décider, collectivement, des solutions technologiques et économiques à mettre en <span style="font-family: 'Arial'; font-size: 10pt">&#339;</span>uvre pour satisfaire nos besoins sans porter atteinte aux écosystèmes. </p>
167
168<p style="text-align: justify">Puis la loi de Plan écologique sera débattue et votée au Parlement afin d&#8217;organiser les moyens nécessaires à moyen et court termes en les définissant à un horizon pluriannuel&nbsp;; les engagements budgétaires des lois de finances devront chaque année venir s&#8217;y inscrire, en prévoyant la mobilisation financière des entreprises des secteurs de l&#8217;énergie, de la finance et des assurances, ainsi que les entreprises cotées au CAC&nbsp;40.</p>
169
170<p style="text-align: justify">Si à travers ce processus démocratique, l&#8217;État peut ainsi se voir fixer ses objectifs et ses priorités d&#8217;investissement, il ne peut se limiter à lui-même et laisser les autres acteurs à leur propre horizon. Puisqu&#8217;il s&#8217;agit de construire un nouveau modèle de société, le processus planificateur doit viser à impliquer et mettre en marche l&#8217;ensemble de la société elle-même. C&#8217;est l&#8217;ensemble des acteurs de la vie économique et sociale qui doit y être associé et impliqué. Cela se fera de manière différenciée.</p>
171
172<p style="text-align: justify">D&#8217;abord, le Plan écologique doit obliger tous ceux qui dépendent directement de l&#8217;État&nbsp;: services publics et entreprises nationales&nbsp;; pour eux les objectifs du Plan écologique revêtent un caractère contraignant et leurs moyens budgétaires sont organisés en fonction de ses objectifs.</p>
173
174<p style="text-align: justify">Pour les autres acteurs économiques, et en premier lieu les collectivités territoriales et le secteur de l&#8217;économie sociale et solidaire, leur implication est essentielle, mais elle ne peut se faire que dans le respect de leur autonomie. Ainsi, en échange d&#8217;un engagement à réaliser les objectifs définis par le Plan écologique, l&#8217;État pourra apporter des moyens supplémentaires à leurs ressources propres. La planification sera alors indicative et engagera un processus contractuel.</p>
175
176<p style="text-align: justify">Enfin, pour les entreprises privées du secteur marchand, si la possibilité d&#8217;une implication dans le processus contractuel reste toujours possible, les conditions qui leur seront faites quant à l&#8217;accès aux moyens publics (aides et subventions, accès au crédit&#8230;) seront modulées en fonction du respect de critères de responsabilité sociale et environnementale. La planification se fera ici fermement incitative. Les droits d&#8217;interventions des institutions représentatives du personnel au sein des entreprises (CE, CHSCT) et des délégués syndicaux seront élargis et protégés en conséquence. Enfin, par une profonde refonte fiscale notamment, des éléments contraignants viendront compléter ce dispositif afin d&#8217;assurer qu&#8217;aucun acteur ne s&#8217;exonère de la coresponsabilité de contribuer au processus de transformation décidé par les citoyens.</p>
177
178<p style="text-align: justify">Cette planification écologique sera donc l&#8217;<span style="font-family: 'Arial'; font-size: 10pt">&#339;</span>uvre de l&#8217;État et des collectivités territoriales, en particulier à travers des contrats État-Régions garantissant l&#8217;égalité des citoyens devant cette révolution écologique. Elle devra permettre de relocaliser des pans entiers de la production en créant des emplois. Elle doit organiser la conversion thermique des bâtiments d&#8217;habitation comme professionnels et stopper l&#8217;étalement urbain, source de déplacements inutiles et dévoreur d&#8217;espaces agricoles. Elle devra garantir un financement renforcé des transports collectifs (réouverture de lignes SNCF, en particulier des transversales, financement de matériel TER), le transfert du fret de la route vers le rail, les voies navigables, le cabotage... Elle passe enfin par la réappropriation publique du secteur de l&#8217;énergie (EDF-GDF et Total) que le marché pousse actuellement à la surproduction et à la surconsommation en le détournant de sa mission de service public. Autant de mesures qui supposent de remettre en cause l&#8217;ouverture à la concurrence dans les transports et l&#8217;énergie qui a conduit à une véritable anarchie marchande au détriment de toute vision de long terme.</p>
179
180<p style="text-align: center">***</p>
181
182<p style="text-align: justify">La planification écologique envisagée par la présente proposition de loi s&#8217;appuie notamment sur les structures suivantes&nbsp;: </p>
183
184<p style="text-align: justify">&#8211;&nbsp;Le <b>Commissariat à la planification écologique</b> (<b>article&nbsp;3</b>) serait créé en remplacement du Centre d&#8217;analyse stratégique (ancien Commissariat général du Plan). Il serait chargé d&#8217;élaborer la synthèse nationale des consultations décentralisées sous la forme d&#8217;un plan écologique, indicatif et incitatif. Il veillerait à l&#8217;adéquation de l&#8217;ensemble des politiques publiques et des projets d&#8217;infrastructures avec les objectifs et les contraintes fixées dans le Plan écologique en vigueur et les contrats en ayant résulté entre les acteurs publics et privés.</p>
185
186<p style="text-align: justify">&#8211;&nbsp;La <b>Délégation interministérielle à l&#8217;Aménagement écologique des territoires</b> (<b>article&nbsp;4</b>) prendrait la succession de la Délégation interministérielle à l&#8217;aménagement et à la compétitivité du territoire (DIACT)&nbsp;&#8211;&nbsp;ou de la Délégation à l&#8217;aménagement du territoire et à l&#8217;action régionale (DATAR) si, entre temps, le Gouvernement a renommé la DIACT de son ancien nom, comme l&#8217;a annoncé le ministre de l&#8217;Espace rural et de l&#8217;Aménagement du territoire, le 7&nbsp;octobre 2009. La Délégation interministérielle à l&#8217;Aménagement écologique des territoires serait chargée de préparer, impulser et coordonner entre les différents acteurs publics et privés la mise en <span style="font-family: 'Arial'; font-size: 10pt">&#339;</span>uvre des priorités et des axes définis dans le plan quinquennal écologique. Elle assurerait une fonction d&#8217;interface entre les politiques européennes, les politiques nationales et les actions locales, relatives au plan quinquennal. Elle piloterait et coordonnerait l&#8217;attribution des crédits.</p>
187
188<p style="text-align: justify">&#8211;&nbsp;La <b>Commission nationale du débat public</b> (<b>article&nbsp;5</b>) serait chargée de l&#8217;organisation et de la supervision des débats aux échelons territoriaux. Les conférences de participation populaire se réuniraient soit par commune, soit par regroupements de communes selon une logique de vie territoriale. Elles se réuniraient ensuite au niveau départemental ou régional.</p>
189
190<p style="text-align: justify">Tel est le contenu de la proposition de loi qu&#8217;il vous est demandé, Mesdames, Messieurs, de bien vouloir adopter.</p>
191
192<p style="text-align: center">PROPOSITION DE LOI</p>
193
194<p style="text-align: center">TITRE&nbsp;I<sup>ER</sup></p>
195
196<p style="text-align: center"><b>LE PLAN ÉCOLOGIQUE DE LA NATION</b></p>
197
198<p style="text-align: center"><b>Article&nbsp;1<sup>er</sup></b></p>
199
200<p style="text-align: justify">Le Plan écologique détermine les choix stratégiques et les objectifs à moyen et long terme de la Nation dans les domaines économiques, sociaux, environnementaux et d&#8217;aménagement du territoire ainsi que les moyens nécessaires pour les atteindre.</p>
201
202<p style="text-align: justify">Le Gouvernement associe les partenaires sociaux et économiques, les associations environnementales, le Conseil économique, social et environnemental ainsi que les collectivités territoriales à son élaboration et à son exécution dans les conditions définies par la présente loi. </p>
203
204<p style="text-align: justify">Le Gouvernement associe également les citoyens au moyen de dispositifs de participation populaire.</p>
205
206<p style="text-align: center">TITRE&nbsp;II</p>
207
208<p style="text-align: center"><b>LE CONTENU DU PLAN ÉCOLOGIQUE DE LA NATION</b></p>
209
210<p style="text-align: center"><b>Article&nbsp;2</b></p>
211
212<p style="text-align: justify">La loi de Plan écologique définit les choix stratégiques et les objectifs à moyen et long terme, ainsi que le plan d&#8217;actions proposées pour parvenir aux objectifs attendus dans un délai de cinq ans, en fonction des impératifs écologiques qu&#8217;elle définit ou découlant des engagements internationaux. </p>
213
214<p style="text-align: justify">La loi de Plan écologique définit aussi les mesures juridiques, fiscales et administratives à mettre en <span style="font-family: 'Arial'; font-size: 10pt">&#339;</span>uvre pour atteindre les objectifs qu&#8217;elle définit. </p>
215
216<p style="text-align: justify">Elle définit, pour la durée du plan, des programmes prioritaires d&#8217;exécution auxquels correspondent les priorités budgétaires qui seront abordées dans les conditions prévues par la loi organique relative aux lois de finances du 1<sup>er</sup>&nbsp;août 2001. </p>
217
218<p style="text-align: justify">Elle fixe les orientations de certaines interventions publiques, notamment en matière de prélèvements, de politique de l&#8217;eau, d&#8217;agriculture, de transports, de logement et d&#8217;énergie, et fixe les conditions de leur tarification auprès des personnes physiques. </p>
219
220<p style="text-align: justify">Elle fixe les critères de la responsabilité sociale et environnementale des entreprises et fixe dans le code du travail les droits d&#8217;intervention des salariés au sein de leurs entreprises à travers les institutions représentatives du personnel, pour favoriser la mise en <span style="font-family: 'Arial'; font-size: 10pt">&#339;</span>uvre des objectifs du Plan écologique auprès des acteurs du secteur privé de l&#8217;économie.</p>
221
222<p style="text-align: justify">Elle indique l&#8217;objet et la portée des contrats de plan que l&#8217;État souscrit avec les collectivités territoriales pour la mise en <span style="font-family: 'Arial'; font-size: 10pt">&#339;</span>uvre du Plan écologique. </p>
223
224<p style="text-align: justify">Elle comporte l&#8217;approbation d&#8217;un rapport préparé par le Commissariat à la planification écologique. Ce rapport indique les domaines dans lesquels il est recommandé que s&#8217;engagent les négociations entre partenaires économiques, sociaux et territoriaux, en fonction des objectifs du plan écologique. </p>
225
226<p style="text-align: justify">En outre, elle mentionne les domaines où, et les États avec lesquels, il serait souhaitable d&#8217;engager des négociations en vue de la renégociation et la conclusion d&#8217;accords ou de programmes de coopération. </p>
227
228<p style="text-align: justify">Elle fait l&#8217;objet d&#8217;une évaluation annuelle par les assemblées qui peut donner lieu à une modification de la loi initiale. A cette fin, chaque année avant l&#8217;examen du projet de loi de finances, les assemblées du Parlement sont saisies du rapport présenté par le Commissariat à la planification écologique sur l&#8217;exécution du plan écologique en vigueur. En outre, le gouvernement communique aux assemblées tout document nécessaire à leur mission de suivi de la mise en <span style="font-family: 'Arial'; font-size: 10pt">&#339;</span>uvre du plan écologique.</p>
229
230<p style="text-align: center">TITRE&nbsp;III</p>
231
232<p style="text-align: center"><b>LES STRUCTURES D&#8217;ÉLABORATION ET LA PROCÉDURE D&#8217;ADOPTION DU PLAN ÉCOLOGIQUE DE LA NATION </b></p>
233
234<p style="text-align: center"><b>Article&nbsp;3</b></p>
235
236<p style="text-align: justify">Le Centre d&#8217;analyse stratégique institué par le décret n°&nbsp;2006-260 du 6&nbsp;mars 2006 est renommé Commissariat à la planification écologique.</p>
237
238<p style="text-align: justify">Avant le 1<sup>er</sup>&nbsp;juillet 2010, le Gouvernement remet sur les bureaux des assemblées un rapport sur la faisabilité d&#8217;une extension des missions du Commissariat à la planification écologique aux domaines suivants&nbsp;:</p>
239
240<p style="text-align: justify">a)&nbsp;association à l&#8217;élaboration des lois de plan écologique et lois de plan écologique rectificatives, </p>
241
242<p style="text-align: justify">b)&nbsp;suivi de l&#8217;adéquation de l&#8217;ensemble des politiques publiques, des contrats passés par l&#8217;État et des projets d&#8217;infrastructures avec les objectifs du plan en vigueur,</p>
243
244<p style="text-align: justify">c)&nbsp;synthèse nationale de consultations de planification écologique décentralisées en vue de l&#8217;élaboration du Plan écologique.</p>
245
246<p style="text-align: center"><b>Article&nbsp;4</b></p>
247
248<p style="text-align: justify">La Délégation interministérielle à l&#8217;aménagement et à la compétitivité des territoires créée par le décret n°&nbsp;2005-1791 du 31&nbsp;décembre 2005 est renommée Délégation interministérielle à l&#8217;aménagement écologique des territoires. </p>
249
250<p style="text-align: justify">Avant le 1<sup>er</sup>&nbsp;juillet 2010, le Gouvernement remet sur les bureaux des assemblées un rapport sur la faisabilité d&#8217;une extension des missions de la Délégation interministérielle à l&#8217;aménagement écologique du territoire aux domaines suivants&nbsp;:</p>
251
252<p style="text-align: justify">a)&nbsp;préparation et coordination de la mise en <span style="font-family: 'Arial'; font-size: 10pt">&#339;</span>uvre des priorités et des axes définis dans le Plan écologique.</p>
253
254<p style="text-align: justify">b)&nbsp;fonction d&#8217;interface entre les politiques européennes, les politiques nationales et les actions locales relatives au plan quinquennal. </p>
255
256<p style="text-align: justify">c)&nbsp;pilotage et coordination de l&#8217;attribution des crédits par territoires. </p>
257
258<p style="text-align: center"><b>Article&nbsp;5</b></p>
259
260<p style="text-align: justify">À la promulgation de la présente loi, et dix-huit mois avant la fin d&#8217;un plan quinquennal, sont convoquées les conférences de participation populaire. Les conférences se réunissent soit par commune, soit par regroupements de communes selon une logique de vie territoriale. Elles se réunissent ensuite au niveau départemental et régional. </p>
261
262<p style="text-align: justify">La Commission nationale du débat public, en coordination avec le Commissariat à la planification écologique, est chargée de l&#8217;organisation des conférences de participation populaire et du recensement des conclusions de leurs travaux. </p>
263
264<p style="text-align: justify">Un décret détermine les conditions de déroulement des conférences de participation populaire. </p>
265
266<p style="text-align: justify">Le Plan quinquennal écologique résultant des conférences de participation populaire est soumis à la consultation du Conseil économique, social et environnemental, puis il est voté par le Parlement dans les conditions prévues à l&#8217;article&nbsp;2 de la présente loi. </p>
267
268<p style="text-align: center"><b>Article&nbsp;6</b></p>
269
270<p style="text-align: justify">Les pertes de recettes et les charges qui pourraient résulter pour l&#8217;État de l&#8217;application de la présente loi sont compensées, à due concurrence, par le relèvement du taux de la tranche supérieure de l&#8217;impôt sur le revenu prévu à l&#8217;article&nbsp;197 du code général des impôts.</p>
271
272<p style="text-align: justify">Les pertes de recettes qui pourraient résulter pour les collectivités territoriales de l&#8217;application de la présente loi sont compensées, à due concurrence, par le relèvement de la dotation globale de fonctionnement et, corrélativement, pour l&#8217;État, par le relèvement du taux de la tranche supérieure de l&#8217;impôt sur le revenu prévu à l&#8217;article&nbsp;197 du code général des impôts.</p></div>
273<hr size="1" noshade>© Assemblée nationale
274</div><!-- TRANSIT - INFOAFTER -->
275</body>
276</html>
Note: See TracBrowser for help on using the repository browser.